Archive pour la Catégorie 'Supermarches'

Tartinades

Bon, on l’aura remarqué, voilà bien longtemps que je n’alimente plus ma rubriques « supermarchés2; ils ne m’étonnent plus, que voulez-vous; Je me suis habituée, je connais leurs rayons par coeur.

Mais un petit clin d’oeil par ci par là ne fait pas de mal. Cette fois, c’est dans le rayon des pâtes à tartiner que je vous emmène. Car à côté de ce bon vieux Nutella et de ses copies (dont une pas mal du tout, sans noisettes et supposée au chocolat noir; je sais, vous allez me dire que ce n’est plus du Nutella) trônait fièrement – et en promotion s’vous plait – une pâte à tartiner que je n’offrirai pas à mon pire ennemi (quoique, à bien y réfléchir …):

De la pâte de chamallow. Un truc blanchâtre, probablement plus collant que du papier tue-mouche humide, avec une liste d’ingrédients impossibles à prononcer. Ça se vend, ça? Franchement faut en avoir vraiment envie.  Tartinades dans Supermarches DSC07967-225x300

Et soit le chef de rayon était bourré ce jour-là, soit il a un stock tellement important à écouler qu’il en colle partout, voilà que se cachait dans le même rayon du cheddar fondu à tartiner, vendu entre les pots de beurre de cacahuète et le Nutella. Pouah.

 

DSC08002-300x225 dans Supermarches

Essence

Bonne nouvelle, la chaine de distribution Costco, sorte de supermarché-entrepôt auquel il faut adhérer pour bénéficier de rapports qualité/prix très attractifs mais sur des formats familiaux, Costco, donc, vient d’annoncer qu’elle avait obtenu le droit de vendre de l’essence sur Québec.

Avec un peu de chance, ça pourrait faire bouger les choses au profit de notre porte-monnaie. Pas sur, cependant. Car autant, durant nos quelques mois Montréalais, les prix affichés à la pompe ne cessent de bouger sur Montréal, parfois plusieurs fois par jours (de quelques pou-ièmes, ceci dit), avec de vraies différences entre les enseignes; autant ici, sur Québec, les choses semblent ultra-réglementées. C’est peut-être pour cela que les supermarchés ne se sont que très peu lancés dans les « essenceries »?

Essence dans Supermarches essence-214x300

Ainsi, tous les jeudis, en moins de 30 minutes les prix affichés aux pompes sont modifiés partout, toutes enseignes confondues, villes et villages de même. Il semble que la Régie de l’Energie ait mis en place il y a près de 20 ans un système de fixation de prix plancher hebdomadaire afin d’atténuer les variations trop fréquentes et de préserver une saine concurrence entre les enseignes (survie des plus petits détaillants). Mettant fin par le même temps aux guerres des prix … et donc aux possibilités de trouver des prix plus bas!

Le prix de l’essence, par ici, c’est un prix minimum dicté par les marchés + taxes fédérales et provinciales + l’intégration de coûts de transport (estimés par la Régie) + intégration des autres coûts d’exploitation y compris une marge bénéficiaire mini/maxi elle aussi définie par la Régie + les taxes sur les ventes TPS/TVQ.

Le tout a un aspect positif : tu choisis ton carburant en fonction du service et de la proximité offerts par le détaillant, sans avoir à faire ta petit étude de marché locale pour trouver la station la plus économique. L’aspect négatif, c’est que tu es coincé dans un système bien loin de celui auquel on est tellement habitué : la loi du marché!

 

Allez, voilà bien longtemps que je n’avais pas pris mon appareil photo avec moi dans le supermarché. Je crois surtout mettre habituée à l’offre de produits de grande consommation qui, il faut bien l’avouer, n’est pas très différente de ce que je connais avant, la faute/la chance aux multinationales.

Pour le plaisir, voici deux petites choses qui ont fait « tilt » tout dernièrement.

Je connaissais le thon, le crabe ou le saumon en conserve, mais je n’avais pas vu jusque là les huitres en conserve. Ca vous tente ? Réfléchissez bien avant de dire non, amis lecteurs amateurs d’huitres (dont je ne fais pas partie, ouf) car les huitres exposées au rayon poissonnerie des supermarchés semblent avoir quitté la mer voilà bien longtemps. Et les poissonneries ne courent pas les rues !

dsc07242.jpg

 

Deuxième choc, au rayon du café cette fois-ci. Je vous ai pris le produit sans marque parce que l’intitulé était plus explicite, mais d’autres marques (ce bon vieux Nestlé notamment) proposaient le leur aussi, preuve qu’il y a une demande!
Du colorant à café, donc, pour le rendre plus blanc, plus couleur « café crème ». Mais sans que ça contienne de lait. Beaucoup de glucose par contre, un peu de colorant artificiel, de l’huile hydrogénée, hum !

dsc07244.jpg

Bonne taille ou pas ?

S’il y a bien un domaine où je me sens encore « touriste », perdue sans ma table de conversion en poche, c’est au moment de choisir chaussures et chaussettes. Un vrai étonnement à chaque fois.
Que je vous explique : dans un monde parfait, un 39 français équivaudrait à un 7.5 nord américain, ce serait simple … mais là où les choses se corsent, c’est qu’une même taille ici recouvre une réalité française différente selon que tu as affaire à une chaussure de femme, d’homme ou d’enfant ! Un 39 devient du 7.5 ici pour un modèle femme, mais du 7 pour un modèle homme.

Pour les enfants, c’est encore pire : du 18 jusqu’au 31 français, tu passes tranquillement du 3,5 au 13,5 ici, puis plouf, le 32 devient 1,5 ici, le 33 un 2, etc.

Et comme les différences entre marques sont parfois gigantesques … avoir le compas dans l’oeil et un peu de temps devant soi pour faire son choix, ça peut aider !

Un conseil, donc : imprimez-vous une table de conversion sur un site quelconque, labonnetaille.com par exemple,et conservez-la soigneusement dans votre portefeuille, ça va finir par rentrer !

ça croustille et c’est bon

Au Québec comme dans bien d’autres pays, la volonté de manger plus sain est largement partagée par le plus grand nombre, c’est un fait.

N’empêche, le rayon des chips et snacks qui croustillent reste gigantesque, avec des versions multiples : nature, barbecue, cheddar, oignons, vinaigre bien sur, etc, dans des formes variées.

A l’évidence les « croustilles » restent massivement consommées par un grand nombre de Québécois, désormais déclinées en versions sans trans-gras et sel réduit, voire même sans sel du tout, pour se donner bonne conscience. Et les tremper avec encore plus d’entrain dans les nombreuses sauces « dip » qu’on trouve au rayon frais !

dsc06845.jpg

Jus … de parlourde !

Après l’eau de mer pour aromatiser les sauces et eau de cuisson de vos poissons, voici ma dernière trouvaille au rayon poissonnerie … « Qui qu’en veut » ?!

dsc06844.jpg

 

Eau de mer

Contre toute attente, c’est le rayon poissonnerie de mon supermarché qui m’a réservé une petite surprise cette semaine, avec de l’eau de mer (4$ pour 1,9 L) mise en avant. Quelques bouteilles, on ne peut pas parler de véritable tête de gondole non plus, pour une cuisine iodée !

 

 

dsc06807.jpg

 


Salade verte

Voilà un moment que je ne pense plus à noter ce qui me surprend ou me faire sourire dans les supermarchés alimentaires.

Reprenons tranquillement avec la salade (hors de prix, en passant, il faut dire que pour celles qui ne sont pas importées, les serres doivent être méchamment chauffées pour préserver les plants de salade du froid !).

Le grand truc, c’est la salade « vivante » (si si, c’est marqué texto sur certains emballages), avec ses racines toutes fraiches avec un peu de terre dedans pour faire « nature »). Dans cette catégorie, on trouve principalement de la boston (sorte de laitue aux feuilles très tendre) et de la romaine, comme sur la photo.Plutôt pas mal pour de la salade de supermarché …

dsc06777.jpg

Autre grand classique, bien plus consommée ici qu’en France : l’iceberg, avec des feuilles blanches et croquantes très serrées sur elles-mêmes, et mêmes complétement imbriquées les unes dans les autres. Idéale pour ceux qui n’aiment pas le vert, un cauchemar à effeuiller sans déchirer les feuilles ! Vendue systématiquement sous film plastique.

Articles de sport

Quand je pense que j’aimais bien mon magasin Décathlon, où, me semblait-il, on trouvait des articles de sport compétitifs, pas trop mal foutus … Incroyable comme on s’habitue à la médiocrité.

Si on revient un jour en France, je pense qu’en la matière, on s sentira comme les Allemands de l’Est juste après la chute du Mur, qui retrouvaient leur épicerie après avoir découvert les supermarchés de l’Ouest (cliché, cliché, c’est pour l’image).

Car les magasins d’articles de sport ici, attention les yeux !, ce n’est pas rien.

Premier point, et il est d’importance, il y a de la concurrence.

Entre les SAIL, les Coop Mountain, les Sport Expert, les Atmosphères, et j’en passe, il y en a pour tous les goûts, sans compter les magasins spécialisés (spécial glisse notamment ). Ah, le choix …

Et puis vous rentrez, et là, whouah, du choix dans les marques, dans les modèles, dans les articles; de la qualité (bon, parfois des prix « whouah » aussi, mais qui semblent souvent parfaitement justifiés par une supra-qualité évidente) !

Ah ce que c’est bon de magasiner dans ces conditions, toutes les occasions sont bonnes pour y retourner, sans rire !

 

 

Camembert

Je savais qu’on trouvait ce type de produit incroyable au Japon, mais ici, alors qu’on trouve tant de bons fromages (chers, pour beaucoup d’entre eux, mais bons) … ça m’a fait rire !

Mais je ne sais pas pourquoi, je n’ai aucune envie de tester !

dsc06685.jpg

12



famillegiroudon |
Benoit |
laventureencamion |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Au détour des chemins
| "Ginger Bear" a OZé
| Panik a baffin