Archive pour la Catégorie 'Hiver'

Nids de poule

Depuis le début de l’hiver, les températures jouent au yoyo: un jour très (vraiment très) froid, deux jours après des températures qui flirtent avec le positif. Les rhumes et états grippaux sont donc légions … mais l’une des premières victimes, figurez-vous, c’est l’asphalte!

Les routes sont truffées de fissures et de trous parfois béants, qui font le bonheur des garagistes et le malheur des automobilistes (les suspensions et les pneus sont soumis à rude épreuve), ainsi que celui des piétons (car trous = flaques d’eau, voire marettes!).

Nids de poule dans Hiver dsc08335-300x225

dsc08334-300x225 dans Hiver

dsc08337-300x225

Certains Québécois affirment que cet état déplorable des routes – qui affecte mêmes les autoroutes – est une fatalité liée de façon étroite au climat. On superposerait la carte des régions acéricoles (productrices de sucre d’érable) et celle des nids de poule, qu’on serait surpris de la grande similitude. Car les nids de poule seraient formés par les grandes variations de température, propices justement à la montée de l’eau d’érable. L’eau s’infiltrerait dans les interstices, puis gonflerait sous l’effet du gel, faisant sauter la couche d’asphalte. Cela expliquerait pourquoi d’autres régions nordiques ne seraient pas affectées comme la notre par ces détériorations.

D’autres affirment que la corruption qui, comme le révèle en ce moment-même sur les ondes la Commission Charbonneau, gangrène le monde politique québécois, ferait également des ravages dans le milieu des transports. Comme une partie des budgets partirait dans des fonds de poche profonds, l’épaisseur de l’asphalte et la qualité des travaux (pourtant très longs) s’en trouveraient affectées.

Quelle qu’en soit la raison, le problème est suffisamment grave pour que chaque municipalité ait sur son site web un espace invitant chacun à signaler les nids de poule. Le Ministère du Transport a même créé il y a plusieurs années un numéro gratuit – le 511 – qui, à l’instar des urgences médicales, aide les citoyens à signaler les trous qui dégradent la chaussée. Il existe même une application spécifique sur Iphone.

Problème: plutôt que de traiter le problème dans son ensemble (coûteux, forcément), la DDE locale passe son temps à combler aussi rapidement que possible les innombrables trous et fissures; qui se dégradent aussitôt sur le pourtour de la réparation de fortune. Même la portion de route près de chez nous refaite à neuf cet automne (octobre, pas vieux, donc) est déjà pleine de fissures par ci par là qui promettent sous peu de beaux nids de poule (il faut dire que l’épaisseur d’asphalte ne nous avait pas semblé pas très épaisse).

Autant se faire une raison : les nids de poule sont comme les oies sauvages qui arriveront d’ici quelques semaines, ils annoncent le retour progressif du printemps! Dans peu de temps, les journaux feront leur une sur la chasse aux nids de poule, puis l’herbe réapparaitra peu à peu. Et il en sera fini de l’hiver 2013.

 

Dans les champs

Quelques flocons sont tombés cette semaine, pas beaucoup, pas assez … mais suffisamment quand même pour rechausser nos raquettes et transformer des champs aux alentours en terrain de jeu pour une heure ou deux.

Ciel bleu, soleil éclatant, température « douce » (- 10 et absence de vent = temps doux; oui oui, on a changé nos étalons ici, définitivement), pas besoin de grand chose pour faire notre bonheur.

 

Dans les champs dans Hiver dsc08324-225x300

le parc de la Paix – Lévis

Il faut que je partage avec vous un petit secret, jusque là plutôt bien gardé: on a la chance inouïe d’avoir un petit bijou à deux pas de la maison, un espace privilégié, un endroit où on aime passer une heure par ci, deux heures par là en soirée, ou durant les fins de semaine.

Cet endroit – situé au croisement de deux routes et pourtant bien caché des regards – offre de jolies boucles gelées sur lesquelles on aime évoluer, les uns avec grâce, les autres avec prudence. C’est sous la surveillance de l’extraordinaire Monsieur Jacques, qui vous accueille systématiquement avec un grand geste de la main, et n’a pas son pareil pour parler de tout et de rien avec chacun. À la nuit tombée, Monsieur Jacques allume un feu qu’il fait durer gentiment jusqu’à la fermeture, offrant une belle occasion de prendre quelques minutes de pause et de rencontrer des voisins avant de s’élancer à nouveau.

Cet endroit magique, c’est la patinoire de plein air installée depuis deux ans au parc de la Paix, un ancien terrain militaire; les chemins qui serpentent habituellement dans cet espace vert lévisien reconnaissable à son avion militaire sont recouverts de glace la semaine de Noël. Deux petits bâtiments, dortoirs et toilettes, sont installés à demeure pour permettre aux patineurs de chausser leurs patins. Ouverte tous les soirs jusqu’à 21h00 et une bonne partie de la fin de semaine, cette patinoire ne nous laisse aucune excuse pour ne pas mettre un nez dehors et renouveler l’air de nos poumons …

Équipés

Et bien voilà, c’est fait, on a mis le temps mais c’est fait. Danielle, Stéphane, vous n’aurez plus à ressortir toutes vos raquettes, les grandes, les petites, les babiches pas bien pratiques et et les autres, pour nous faire découvrir les coins cachés de Stoneham : les soldes d’hiver battant leur plein, on s’est laissé tenter par les super promos du magasin de sport Latulipe.

Et hop, 50% sur les raquettes GV !

Équipés dans Hiver dsc083121-300x225

Et hop, un coup d’oeil sur le dernier guide Ulysse « Raquette et ski de fond au Québec ».

raquettes dans Tranches de vie

Source: Guide Ulysse

Et hop, cap sur la très belle Vallée Bras du Nord pour les étrenner dans la poudreuse!

 

 

Brrrrrrrrr

Badidon, les journaux avaient annoncé un hiver rigoureux cette année, contrastant avec les deux derniers hivers (NOS hivers, c’est notre 3ème hiver, rendez-vous compte). On peut dire qu’ils ne se sont pas trompés! Chaque matin, il fait un peu plus froid. Du coup, nouveau rituel spécial Grands Froids ces jours-ci:

1/ Un petit coup d’oeil au thermomètre extérieur histoire d’apprécier plus encore la chaleur du bol. Le vent qui souffle nous fait craindre le pire (on annonce des températures ressenties de -39 ce soir, gloups me voici en Sibérie).

Brrrrrrrrr dans Hiver dsc08302-225x300

2/ Une transformation en oignons multi-couches pour braver les quelques mètres qui nous séparent les uns de la voiture, les autres du bus. Oui, même pour quelques mètres.

Et comme le cuir des sièges est glacial et qu’on ne voudrait pour rien au monde avoir des engelures sur notre précieux fondement, on met un pantalon polaire sous le pantalon (retiré prestement dans les toilettes du boulot dès notre arrivée); et pour plus de sureté on étale une petite serviette sur le siège histoire de bien couper le froid. Bien sûr, on pourrait utiliser cet ingénieux bouton qui permet de se chauffer les fesses, pas désagréable au demeurant. Mais on se dit qu’il vaut mieux éviter de tirer sur les batteries en ce moment, elles sont soumises à rude épreuve pour tirer le moteur de sa léthargie!

froid-300x82 dans Hiver

3/ On regarde encore, incrédule, le thermomètre en ce pinçant mentalement (habillés comme on est, pas possible de le faire physiquement). Puis une petite prière au saint patron des voitures du Québec pour mettre toutes les chances de notre côté. Et hop on sort la voiture de l’abri tempo. On la laisser tourner deux minutes (dans la rue, pour ne pas risquer l’intoxication au monoxyde de carbone). Et enfin on roule tout doux tout doux vers le boulot, pour ne pas trop lui tirer sur la corde. On s’arrange pour faire le plein souvent, afin d’éviter que l’essence ne gèle dans le réservoir.

4/ Le soir, on s’habille chaudement pour faire démarrer sa voiture, et on retourne travailler quelques minutes, laissant notre voiture participer joyeusement avec toutes les autres alentours à la création du smog au dessus de Lévis. Une petite pensée aux joyeux dingues qui font la queue pendant un bon moment devant le restau (enfin, restau  … bien grand mot) Ashton pour bénéficier de ce rabais typiquement canadien sur la poutine :

ashton-300x134

Il fait – 27 degrés? Rabais de -27% sur ta poutine. Dommage que ce soit juste sur la poutine à 10 balles et à l’intérêt gustatif très relatif, ce serait sur l’essence, ou même sur le poulet/frites de Saint-Hubert, ce serait quand même mieux.

5/Une fois rentrés, on apprécie à sa juste mesure le bonheur d’avoir une home sweet home, et on se dit qu’on a une excellente raison de ne pas aller au club de gym!

Snowboard en ville

Comme tous les ans, on s’en est mis plein les mirettes ce week-end en assistant à des épreuves de snowboard en plein centre-ville de Québec. Le Championnat du monde FIS de snowboard a lieu en ce moment, et si la plupart des épreuves se déroule – comme de raison- à la montagne (petite montagne, ici, mais montagne tout de même), certaines descentes ont lieu dans le quartier Saint-Roch, sur une piste avec tremplin bâtie entre un échangeur, au pied d’un supermarché; un truc de fou, quoi.

Snowboard en ville dans Hiver dscn0999-150x112

Petite interrogation lors de l’ouverture et de la présentation des pays en lice (47): va-t-on applaudir plus fort pour la France ou pour le Canada? Bah, applaudissons bien fort pour les deux, d’autant que ça réchauffe!

Pour ceux qui ont froid aux doigts de pied (même bien couverts, on lutte à armes inégales avec la vague de froid polaire qui sévit en ce moment), certains sponsors distribuent chocolat chaud et gaufres gratuits (miam).

Puis vite vite, on retourne sur un promontoire se caler entre deux spectateurs et on ouvre les yeux. Trop forts ces gamins!

Une petite vidéo pour se mettre dans l’ambiance?

 

 

 

Neiges

Ces 10 derniers jours, les grandes variations de température (-21 un jour, – 4 deux jours plus tard, – 12 le surlendemain) et quelles précipitations nous auront permis de vérifier que oui, oui, il existe bien de multiples formes de neige (nous qui ne connaissions autrefois que les 2 centimètres épisodiques blanchissant la Bretagne, ou encore la neige bien damée et qu’on n’a jamais à pelleter dans les stations de ski des Alpes!).

Collante un jour (et lourde, tellement lourde).

Ou bien presque « sèche » un autre : on voit alors nettement la forme des étoiles quand elle vient s’écraser sur la vitre, c’est beau comme tout. Mais elle est nous le fait bien payer: elle est particulièrement casse-pied à pelleter, celle-là, elle vole comme de la cendre! Si le vent s’en mêle, on parle alors de poudrerie qui dit plutôt bien ce qu’il en ait. La neige au sol vole tellement qu’on dirait qu’il neige pour de vrai. Ces jours-là, le paysage change, le vent modèle la neige en dunes blanches…

Dès que les températures remontent ou que le chasse neige a mis une trop généreuse dose de sel au sol, la neige se transforme en bouillie-bouillasse, la fameuse sloche (probablement en référence au bruit de succion qu’on obtient qu’on a ne peut pas faire autrement que de marcher dedans! Sloche vient de l’anglais, et on le sait, les anglais sont fortiches pour faire entendre le bruit dans le mot qui décrit le phénomène.

En tous cas, les jours de sloche, mieux vaut ne pas être piéton ce jour-là, ça éclabousse les trottoirs même à faible vitesse, et certaines flaques de sloche se révèlent traitres pour les chaussures un peu trop basses.

Mais quelque soit sa forme, je vous jure qu’on l’aime pour de vrai cette neige qui nous fait prendre l’air aussi souvent qu’en plein été: le ski, la marche, les raquettes, le patins, les glissades, le devant de la maison à déneiger; on n’a même pas le temps de faire des bonhommes de neige, c’est vous dire!

Non, nos grands ennemis, par chance ils se font plutôt rares, sont le verglas et le grésil. Le grésil, je l’ai d.couvert ici, c’est une incroyable pluie qui tombe en gouttes glacées (rien à voir avec la grêle, c’est … bizzare. Des gouttes gelées. C’est froid, ça glisse, et il faut des heures (bon, de longues mais vraiment longues minutes), pour dégivrer les pares-brises.

 

Plein les poumons

Nouvelle tempête de neige cet après-midi (encore 25 à 30 cm annoncés), l’occasion de faire une courte pause dans nos activités hivernales. C’est qu’on profite à fond de nos deux semaines de vacances.

Non pas pour dévaliser les magasins (hier c’était le fameux Boxing Day, journée de méga-soldes d’après Noël attirant les foules); mais bien pour se remplir les poumons d’air pur et s’en mettre plein les mirettes. Et avec un peu d’espoir, faire disparaitre de mes hanches/fesses/ventre le délicieux foie gras apporté de France par un copain!

Que ce soit à la Jacques Cartier, ou dans le plus sauvage parc du Massif du Sud, le tout bien chaussés de raquettes, regardez-moi un peu la magie de ces paysages!

Plein les poumons dans Hiver dsc_0784-300x200

dsc_0900-300x200 dans Tranches de vie

dsc_0909-300x200

dsc_0925-200x300

dsc08164-300x225

dsc08170-300x225

dsc08193-300x225

dsc08200-300x225

dsc08212-225x300

dsc08231-300x225

dsc08233-300x225

 

Glissss

Et c’est parti la saison des glissades à deux pas de la maison, sous un ciel bleu azur, lumière magique (et froid supportable, – 8 degrés sans un filet de vent). Non, non on ne s’est pas mangé les sapins une seule fois!

Image de prévisualisation YouTube

Bonne nouvelle: il vient de retomber une bonne vingtaine de cm et la météo nous en annonce encore 25 à 30 demain, les pistes vont être parfaites pour les vacances. Et dans 15 jours, le ski commence dans notre petite station du Mont Lauzon – 5 pistes à 2 minutes à pied  de la maison, ça ne vous fait pas rêver ça? Moi si, j’ai même encore besoin de me pincer de temps à autre.

 

Spa nordique pour commencer la saison

Enfin la neige, la vraie, lourde, qui colle, qui va nous faire oublier la couleur de l’herbe pendant plusieurs mois! Et avec elle, les joies de l’hiver, qui ne rime pas seulement avec déneigement.

La preuve? On a commencé par revigorer les corps en profitant pleinement du spa des copains. D’abord rejoindre le spa en petites foulées en marchant pieds nus dans la neige -oui oui- et en poussant de grands cris perçants -les voisins sont enfermés chez eux, pas de problème. Puis se faire bouillir à feu doux dans l’eau bouillonnante du spa avant de ressortir se rouler dans la neige, histoire de mieux profiter encore du bain suivant!

Coeur et peau sensibles s’abstenir, la peau piquote et frémit, rouge comme un homard ébouillanté, le souffle se coupe tant au contact de la neige que de l’eau chaude. Gare aux serviettes mouillées, elles se figent en glace rapidement, pas trop cool au sortir du bain.

Bah, tout ça ne vaut pas une bonne marche dans la neige, mais les jeunes adooorent!

Spa nordique pour commencer la saison dans Hiver dsc08120-300x225

dsc08123-300x225 dans Hiver

12345



famillegiroudon |
Benoit |
laventureencamion |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Au détour des chemins
| "Ginger Bear" a OZé
| Panik a baffin