presque sous la barre des 3%

« Je suis découragé », « aucun réponse positive, je ne sais plus quoi faire ».

Et non, ce ne sont pas des chômeurs découragés qui se plaignent, mais bien des responsables du personnel. On est passé le mois dernier à un taux de chômage de 3.1% en Chaudière-Appalaches, alors autant vous dire que le défi de la main d’œuvre est immense pour les entreprises de la région. Certes, ne nous leurrons pas, dans le tas, il y a des postes peu attrayants (travail de nuit, postes peu qualifiés et peu payés), ou encore des « postes Mc Do », temps partiels aux horaires décousus. Et les choses ne sont pas forcément faciles pour les moins scolarisés.

Mais dans le même temps, tous les postes un peu qualifiés, tant dans l’industrie que dans les services, ou encore qui demandent un bon niveau d’anglais, ont du mal à se combler. Sans rire, quand on envoie son CV, on s’imagine qu’il va se retrouver noyé dans des dizaines de CV, qu’on ne va pas être remarqué, que sais-je. Du coup, on est surpris quand on se retrouve de l’autre côté de la barrière : on ne reçoit parfois que deux, trois, cinq CV, dont la moitié hors sujet.

Bref, je crois qu’on commence à vivre en direct un beau mouvement de balancier, qui oblige les recruteurs à suivre des stage de marketing RH (sans blague, c’est vrai), à s’intéresser aux médias sociaux pour recruter et/ou se faire connaitre. Les usines affichent de grands « nous embauchons », les tickets de caisse s’ornent eux-aussi régulièrement de « nous embauchons ». Dans certaines écoles techniques, les étudiants se trouvent tous un job avant la fin de leur scolarité (ils finissent tranquilos, sans stress, et hop ils commencent).

Et ben moi, j’aime ça.

1 Réponse à “presque sous la barre des 3%”


Laisser un Commentaire




famillegiroudon |
Benoit |
laventureencamion |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Au détour des chemins
| "Ginger Bear" a OZé
| Panik a baffin