• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 16 août 2012

Archive journalière du 16 août 2012

Minorités visibles

Alors que les élections pour nommer un nouveau Premier Ministre Québécois battent leur plein, le thème de l’émigration est très peu à l’ordre du jour (à une controverse près, un maire se plaignant qu’une femme d’origine algérienne, résidente canadienne depuis 15 ans et considérée comme un modèle d’intégration par tous, se présente – avec plutôt de bonnes chances – comme députée sur sa circonscription).

Je me suis alors rappelée un article paru dans marketingmag il y a quelques mois, sur le poids des minorités visibles dans le Canada actuel. Pour faire court, selon les dernières statistiques connues (2006, les autres sortiront en 2013), on estime qu’à l’heure actuelle, environ 30% de la population canadienne appartient à la minorité visible. Oui, 30%, et c’est un chiffre en augmentation constante .

Si environ un gros quart (25 à 28%) de ce groupe est d’origine chinoise, largement installé à Toronto et Vancouver, le poids des différentes cultures est remarquablement équilibré, comme le montre cette carte:

 

Minorités visibles dans Immigration Canadamap-1024x805

Source: statistics Canada, 2006 - Carte parue dans marketingmag, mars 2012

 

Dans la ville de Vancouver, 63% de la population est d’origine étrangère, 53% à Toronto et 31% à Montréal (… 3% à Québec. Normal, plus de 60% des nouveaux arrivants ciblent l’une de ses grandes villes, non pas pour les opportunités qu’elles offrent mais bien pour retrouver une communauté d’appartenance).

Difficile pour moi, peau blanche virant au rouge après une heure de soleil, de témoigner de la difficulté ou non de s’intégrer ou non dans la société québécoise. Il me semble que l’intérêt porté aux autres cultures lors de fêtes culturelles (à Québec, pour ne parler que d’elle, la baie de Beauport en accueille régulièrement, plusieurs quartiers également), dans les restaurants (vaste choix même dans notre petite Capitale Nationale), est plutôt de bon augure.

Et lors de ma courte expérience dans le monde du recrutement (8 mois quand même), si j’ai clairement ressenti une inquiétude à recruter un travailleur venu de pays considérés comme « exotiques », au moins pour une première expérience (ensuite, si tout s’est bien passé, ça roule), le fait de s’appeler Mohammed ne posait aucun problème si vous veniez d’un pays européen. En bons nord-américains, c’est le pays où tu as vécu qui te définit, pas ton patronyme ou ta couleur …

Bref, si les Québécois ont des interrogations légitimes sur les conséquences que peut représenter à terme une immigration mal contrôlée sur leur culture, le thème est loin, très loin, dans les sujets de préoccupation dans la campagne actuelle, et fait peu la une de l’actualité. Ça nous change!

 




famillegiroudon |
Benoit |
laventureencamion |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Au détour des chemins
| "Ginger Bear" a OZé
| Panik a baffin