Vers le Pacifique

Depuis 1992, le Québec déploie dans les établissements scolaires un programme né aux Etats-Unis et destiné à prévenir et limiter la violence sous toutes ses formes : Vers le Pacifique. Il s’agit d’aider les enfants à gérer frustrations et pulsions et à gérer les conflits. Lorsque ce programme est implanté dans une école, le corps professoral et la direction affirment qu’ils constatent des progrès visibles : diminution du retrait social, augmentation du contrôle de soi, augmentation du sentiment de bien se comporter, recul des actes d’intimidation verbale et physique…

Les enfants apprennent à résoudre les conflits et frustrations en 4 étapes qu’ils connaissent par coeur :

1) Se calmer, chacun devant identifier le moyen qu’il lui est le plus aisé pour se calmer.

2) Se parler/parler (savoir exprimer ses sentiments avec des mots simples, en disant comment je me sens, pourquoi je me sens ainsi, et ce que j’aimerais comme attitude de l’autre pour que je me sente mieux)

3) Chercher des solutions

4) Se mettre d’accord sur une solution qui convienne à tous.

Chaque début d’année, l’établissement scolaire nous informe que les enfants ont été à nouveau sensibilisés à cette démarche. Je vous parle de ça maintenant parce qu’il y a quelques jours, on a vécu grandeur nature ce que ça pouvait donner. Ca paraît politiquement correct, du blabla bien pensant, mais ça s’est révélé plutôt efficace dans un cas que nous venons de vivre. Que je vous raconte :

En rentrant de l’école, notre plus jeune fille a été prise à partie par un petit groupe de gamins de l’école qui, voulant s’amuser à ses dépens, ont cherché à lui mettre une saloperie dans la bouche. Ca n’a pas duré longtemps, elle même reconnait que ça n’a pas été fait méchamment, plutôt une blague pas drôle ne portant pas à conséquence et elle n’a pas été particulièrement traumatisée, mais le lendemain, sa grande soeur en a parlé à un membre du service de garde.

Ni une ni deux, notre plus jeune a été encouragée à venir raconter ce qui s’était passé et à exprimer ce qu’elle avait ressenti. Puis ils lui ont demandé son accord pour déployer la méthode Vers le Pacifique. Le gamin concerné a alors été convié à venir rencontrer ma petite, qui lui a expliqué qu’elle avait ressenti de la peine et un peu de peur à être traitée ainsi. Le gamin (9 ans quand même) a exprimé à son tour ce qui l’avait poussé à faire ça, ce qu’il aurait ressenti si il avait été à sa place. On l’aura compris, la méthode repose beaucoup sur l’expression, sur la parole.

Puis il a été invité à réfléchir à des solutions à proposer le lendemain (en l’occurence, ils ont opté pour un jeu de société fait ensemble pendant deux récrés), à s’excuser et à s’engager à ne pas recommencer …. Quant à ma fille, elle a été félicitée sur son courage à s’être exprimée, à avoir fait face à son tortionnaire et à lui avoir pardonné.

Enfin, dès le début du processus, j’ai été appelé au boulot par la maitresse pour être informée de la démarche, de même que les parents, charge à nous de continuer la discussion à la maison !

Il semble que ça décourage les gamins à recommencer les mauvaises blagues et méchancetés de ce type, et que ça supprime les peurs de se voir intimidés chez les autres. Pour l’heure, ça a fait son petit effet !

0 Réponses à “Vers le Pacifique”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




famillegiroudon |
Benoit |
laventureencamion |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Au détour des chemins
| "Ginger Bear" a OZé
| Panik a baffin