Pas d’école : on fait quoi ?

Dans une dizaine de jours, l’école reprend (yes, déjà deux mois de passés …). Avant de venir, je me demandais un peu comment on allait gérer cette phase. Quand on n’a pas de famille sur place, peu de vacances, et des filles pleines d’énergie qu’on juge encore un peu trop jeunes pour rester seules toute la journée à la maison, qu’on n’a pas eu envie de les mettre dans l’avion destination la France, que fait-on de ses enfants ?

Et bien dans notre cas, elles ont testé deux formules, qu’elles ont beaucoup aimé l’une comme l’autre.

La première : des camps de jour, ce que j’appelais il y a quelque mois des centres de loisirs. Organisés par les municipalités ou par des organismes (comme chez nous, ici, le Patro, un centre communautaire), ils sont animés par des jeunes ayant terminé le secondaire (ils ont donc 16 ans et plus) et ayant suivi une petite formation type BAFA; sous la direction de personnes plus expérimentées bien sûr.  Chacun s’occupe d’un groupe de 10-12 personnes.

Les journées sont structurées autour de mille activités, et ça n’arrête pas: des activités sportives, des chants, des jeux, des jeux d’eau, sorties piscine, des bricolages … Et toujours cette valorisation des enfants, avec des diplômes mettant en avant tel ou tel point fort de l’enfant. Et un mot personnalisé pour chaque enfant, écrit à la main, soulignant l’incroyable chance qu’a eu l’animatrice/teur du groupe à connaitre cette admirable personne qu’est votre enfant !

Le camp de jour, comme le dit bien son nom, a lieu de 9H00 à 15H30. Mais avant et après, dans les mêmes locaux, pour ceux qui en ont besoin, il y a des services de garde tout aussi dynamiques.

Bref, une belle organisation.

Deuxième option : le camp de vacances, on appelait ça les colonies de vacances, autrefois. Le plus branchés disent à présent les summer camps … L’idée est la même : vous inscrivez vos enfants pour une à deux semaines de camp de vacances, et vous ne les voyez pas pendant toute cette période !

Les filles ont ainsi passé deux semaines intenses au camp du Lac Trois Saumons, près d’un lac de montagne, dans la verte. Kayak, optimiste, escalade, accro-branche (on parle plutôt d’hébertisme, ici), expéditions, la liste des activités seraient trop longue à énumérer. Bivouac autour d’un feu de camp avec l’infatigable guitare et les incontournables guimauves. et des chants en veux-tu en voilà pour souder les groupes et diffuser de la bonne humeur ! La vie en dortoir (8 à 10) crée des ambiances et des complicités nouvelles, l’absence des parents pour démêler les cheveux, rincer le shampoing ou que sais-je encore augmente la maturité et le sentiment de grandir. Du bonheur à l’état pur, quoi.

En clair, les jours d’été se sont écoulés à une vitesse grand V !
 

0 Réponses à “Pas d’école : on fait quoi ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




famillegiroudon |
Benoit |
laventureencamion |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Au détour des chemins
| "Ginger Bear" a OZé
| Panik a baffin