• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 12 octobre 2010

Archive journalière du 12 oct 2010

Services +

L’autre jour, grosses pluies sur la rive sud (elles ont même provoqué des inondations). L’occasion de découvrir un service aux consommateurs que je ne connaissais pas, sinon devant les grands hôtels.

Je sors de ma voiture et commence à courir vers l’entrée du magasin quand me voilà abordée par un homme tenant un grand parapluie jaune. Réaction primaire, je commence à faire signe que je ne suis pas intéressée (par : option 1/ la carte de crédit; option 2/l’oeuvre caritative qui le préoccupe; option 3/ la promo du siècle ..).

Pour finalement me rende compte que l’enseigne a lancé son équipe de parapluie-men sur le parking pour être agréable à sa clientèle !

Côté services, visiblement on ne pratique pas ici l’emballage cadeau gratuit. Par contre, à l’entrée des supermarchés, quelque soit l’enseigne, on trouve un ou plusieurs fauteuils roulants, voire ces petites voiturettes électriques, pour les personnes ayant du mal à marcher …

Et du personnel pour vous aider à ensacher vos victuailles.

Phobie

Au rayon beauté-cosmétique des supermarchés, tout traduit l’importance de l’hygiène pour les Québécois, c’est assez fun à regarder.

Les contenants, en particulier, sont tous plus gros qu’en France. Les bouteilles de shampoing font le plus souvent 1 litre, voire 1,18 litre, les après-shampoings également : des monstres.

De même, pas possible d’avoir l’haleine approximative ici, ou c’est qu’on y a mis du sien.  Les tubes de dentifrices font souvent 170 ml, bien gros, bien gonflés, on trouve toute une collection de fils à dents, et le rayon des solutions rince-bouche est 4 à 5 fois plus étendu qu’en France, avec des flacons qui, eux-aussi, dépassent le litron.

dsc06418.jpg

 

Même démesure au rayon de déodorants, tant côté homme que côté femme : très grande gamme, le rayon dédié aux déos est bien plus important que ce que je connaissais jusque là.

Petite anecdote au passage sur les déos : la rentrée des classes s’étant faite par grosse chaleur, le professeur de ma fille aînée a demandé à ses élèves de 6ème (CM2 français) de rajouter à la liste des fournitures scolaire un déodorant, pour prévenir tout risque de mauvaise odeur, les considérant comme des pré-ados susceptibles de suer des aisselles !

Avec une telle phobie des odeurs, la classe d’âge consommatrice de déodorants est probablement deux fois plus large qu’en France; tout bénéfice pour Procter & Gamble et consorts, ça double le marché !

 




famillegiroudon |
Benoit |
laventureencamion |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Au détour des chemins
| "Ginger Bear" a OZé
| Panik a baffin